Le Monde vu par nos auteurs

Bretagne : Ancenis perd sa sous-préfecture en toute discrétion...

Depuis le 29 décembre dernier, la Loire-Atlantique ne compte plus quatre arrondissements, mais trois. Celui d'Ancenis (cinq cantons, 24 communes, 62.000 habitants) a été fusionné avec celui de Châteaubriant pour former le nouvel arrondissement de Châteaubriant-Ancenis (215.000 habitants, 81 communes). En toute discrétion.

 

Face aux levées de bouclier en 2014 suite à la parution d'un rapport qui proposait de supprimer 47 sous-préfectures, le gouvernement a choisi la manière douce et insidieuse. Les arrondissements à supprimer sont discrètement jumelés avec un voisin (par exemple, Ancenis avec Châteaubriant), l'accueil physique des personnes est supprimé - comme à Villefranche de Rouergue ou à Argentan tout récemment, les démarches transférées vers la préfecture du lieu, le sous-préfet rarement ou pas du tout nommé. Et quelques années plus tard la sous-préfecture est supprimée. L'éloignement des services de l'Etat des citoyens est compensé par une « maison de l'Etat » ou une structure similaire permettant de faire des démarches administratives basiques, et le tour est joué.

 

Depuis 2014, outre la suppression de 4 sous-préfectures d'un coup en Alsace (Guebwiller, Ribeauvillé, Strasbourg-campagne et Wissembourg). Parallèlement, 475 équivalents temps plein ont été supprimés par le ministère de l'Intérieur dans ses services départementaux, et 70 suppressions sont directement liées à la réforme territoriale. En Lorraine, à côté, les arrondissements de Thionville-est et de Metz-Campagne sont supprimés et rattachés aux arrondissements de Thionville et de Metz respectivement et l'arrondissement de Boulay-Moselle est supprimé et rattaché à celui de Forbach.

 

Pour en revenir à la Loire-Atlantique, en mars 2016, le Conseil Général était interrogé sur le projet de réorganisation territoriale, auquel il donnait son aval. Outre la suppression de l'arrondissement d'Ancenis, des communes devaient être transférées d'un arrondissement à l'autre pour suivre les limites des communautés de communes. Ainsi, Grandchamp-des-Fontaines, Sucé, Treillières et Vigneux-de-Bretagne quittaient l'arrondissement de Nantes pour celui de Châteaubriant-Ancenis, Villeneuve en Retz (produit de la fusion de Bourgneuf et de Fresnay en Retz, au sud du département), passait de l'arrondissement de Saint-Nazaire à celui de Nantes, et les communes de Cheix en Retz, Rouans, Port-saint-Père, Sainte-Pazanne, Vue, Cordemais, Saint-Etienne de Montluc, le Temple de Bretagne faisaient le chemin inverse.

 

 

La sous-préfecture de Guingamp sauvée par ses élus locaux

 

Une autre sous-préfecture pourrait être prochainement condamnée en Bretagne : il s'agit de celle de Guingamp, qui doit être jumelée avec celle de Lannion, avec un seul sous-préfet en poste dans cette dernière ville. Une certaine mobilisation des élus a pour l'heure sauvé l'arrondissement, qui a été élargi au 1er janvier 2017 : il est maintenu et compte désormais 112 communes pour 130.000 habitants ; celui de Lannion n'a pas changé et compte 60 communes pour 104.000 habitants... couverts par une seule communauté de communes.

 

La sous-préfecture de Segré, placard à fonctionnaires indésirables pour l'Etat socialiste, en voie d'être confortée

 

Aux portes de Bretagne, une autre sous-préfecture menacée de suppression semble avoir été sauvée : il s'agit de celle de Segré, située dans un coin particulièrement déshérité et enclavé de l'Anjou. Longtemps sans sous-préfet en titre, considérée comme un placard pour les fonctionnaires qui ont eu le tort de déplaire au pouvoir (comme Benoît Couëtoux du Tertre, qui s'était mobilisé à titre privé contre la grande mosquée d'Angers, et ce bien que la justice l'ait relaxé) elle en a eu un en 2014, puis un autre en 2016, et l'arrondissement de Segré devrait être finalement agrandi pour englober les communautés de communes du Louroux-Béconnais et de Bécon-les-Granits.