Le Monde vu par nos auteurs

Jean-Yves le Gallou : La France renoue avec ses racines ancestrales

Le 3 février dernier, le théoricien de la réinformation Jean-Yves le Gallou était en conférence à Nantes, à l'invitation du journal local Breizh Info. En marge de cette conférence, près de 400 personnes issues de l'ultra-gauche nantaise ont manifesté en usant de leurs techniques habituelles - tags nombreux, distributeurs bancaires, vitrines et voitures cassées, jets de projectiles divers sur les forces de l'ordre, etc. C'était d'ailleurs la première fois depuis la dernière guerre qu'il y avait une manifestation dirigée expressément contre un média à Nantes. Nous avons profité de l'occasion pour poser quelques questions à Jean-Yves le Gallou.

 

La Pravda : Jean-Yves le Gallou, dehors, les antifascistes se déchaînent contre votre venue à Nantes. Il est vrai que vos propos dans Breizh Info, où vous les traitez « d'idiots utiles, piétaille de la haute banque », ne sont pas faits pour les calmer.

 

Jean-Yves le Gallou : Je persiste, ce sont les idiots utiles du capitalisme, qui se battent pour un monde ouvert sans frontières, comme les banques.

 

La Pravda : Que pensez-vous de l'agitation aux USA et notamment autour du Visa Ban de Trump ? [mesure qui suspend les visas pour 90 jours pour les ressortissants de 7 pays arabes dont la Syrie, l'Iran, l'Irak ou encore le Yémen]

 

Jean-Yves le Gallou : Trump a raison. Face à lui, il a Soros, qui finance, notamment, le Women's march, mais aussi le réseau Refugee welcome. L'Internationale est désormais mondialiste et non communiste, mais face à celle-ci, il y a une Internationale patriote, puisque les sujets qui font débat sont à peu près tous les mêmes, quels que soient les pays.

 

La Pravda : Que pensez-vous de Trump ?

 

Jean-Yves le Gallou : C'est un excellent politique, pour deux raisons. La première, il a gagné contre l'ensemble des médias - 194 des 200 grands médias U.S étaient contre lui - et par les réseaux sociaux. La seconde, c'est qu'une fois élu, il applique son programme, ça fait bizarre.

 

La Pravda : Pensez-vous qu'en France, l'élan de la Manif pour Tous va continuer à imprimer sa marque à court ou moyen terme ?

 

Jean-Yves le Gallou : Oui, sans doute, car il y a un réveil identitaire du catholicisme qui est indéniable. Et qui est double : à la fois décidé à défendre le catholicisme contre les attaques extérieures et à s'imposer au sein même de l'Eglise, qui a largement cédé aux idées de mai 68. En plus, la démographie joue en faveur de cette génération nouvelle, celle de 2013, contre la génération idéologiquement usée, au bout du rouleau, de 1968.

 

La Pravda : Quel est votre avis sur l'affaire Fillon, dite aussi Penelope-gate ?

 

Jean-Yves le Gallou : Fillon est flingué par les médias et les juges, ce n'est pas une bonne nouvelle. Ce qui est significatif, c'est l'ampleur de l'emballement médiatique, bien qu'il n'y ait rien d'illégal et que les faits sont anciens. Autre chose, peu remarquée : les données sur Pénélope remontent bien avant 2009 et sont chiffrées, alors que les dossiers n'ont été numérisés qu'à partir de 2009. Tout cela implique que la source est officielle - tout au moins proche du Ministère des Finances - et que l'auteur de la fuite n'a pas hésité à chercher dans les liasses de papier. Ce n'est pas Rachida Dati qui aura pu donner tant de précisions, quoi qu'on en dise.

 

La Pravda : Aujourd'hui, à votre avis, quelle est l'audience totale des médias de réinformation ?

 

Jean-Yves le Gallou : Le rapport des forces reste favorable aux médias de propagande [mainstream], mais de relais en relais successifs, via la diffusion virale, les réseaux sociaux... les médias de réinformation touchent aujourd'hui plusieurs millions de lecteurs. C'est significatif.