Le Monde vu par nos auteurs

Mieux vaut à poil qu’en burkini !

Il existe cependant une solution : c'est celle de transformer toutes les filles musulmanes désireuses d'exhiber leur beauté aguichante mais voilée en filles-grenouilles. Cela veut dire que comme le torchon noir est obligatoirement de mise, on peut le troquer facilement contre le costume de plongeur et pour que la femme sente encore plus le fardeau de son sexe, il faudrait également lui mettre 2 bouteilles d'oxygène sur le dos pour la courber définitivement et lui faire baisser la crête, na ! Mais en même temps, pensez-bien, demoiselles, quelle délectation d'échapper au contrôle sévère des douègnes en plongeant dans l'élément aquatique pour se réfugier dans les fonds marins en compagnie courtoise des entraîneurs dûment assermentés, n'en déplaise à personne !

Il y a 50 ans, le gendarme incarné par l'immortel Louis de Funès rêvait aux filles un peu moins à poil qu'elles avaient l'habitude de se mettre, à commencer par la chancelière allemande, à l'époque pas encore chancelière mais avec des cannes fuselées à en faire tomber raides les s         auterelles des podiums de nos jours. Et maintenant le descendant du même gendarme veut voir des filles nues, mais nues comme des vers quitte à leur courir sus pour leur arracher ce maudit burkini !

Quoi qu'on en dise, le burkini fait rapprocher la France des modèles des consommateurs tiers-mondistes. Ce qui veut dire que les étrangers vont se méfier de s'aventurer en France : pensez donc - non seulement on vous roule dessus sur la promenade des Anglais mais, qui plus est ; on vous demandera bientôt de couvrir votre nudité pour ne pas recevoir de l'acide cytrique en pleine figure.

Eh bien non ! Il existe également une autre solution salvatrice : celle de l'Afrique du Sud. On peut créer des plages séparées, c'est-à-dire une pour les femmes, et l'autre pour les hommes. Ainsi les femmes pourront se prélasser au grand soleil toutes nues, c'est-à-dire carrément à poil. J'imagine cependant que les parages vont grouiller des plongeurs et des yachts désireux de ne pas manquer un tel spectacle des splendeurs cachées. Si cette idée ne vous va pas, je vous propose des plages par religion - une pour les chrétiens, l'autre - pour les musulmans, les alaouites à part et les bouddhistes bien sagement ailleurs parce que classifiés comme des païens. Là les ghettos vont vraiment resplendir comme chez nos frères d'Outre-Atlantique.

Mis à part mon humour tout à fait noir (aussi noir que mon café ou ces horribles oripeaux), il en résulterait tout de même un bilan vraiment peu optimiste. Pourquoi même les Egyptiens, sans parler de Bachar ou d'Erdogan savent tenir les islamistes au pas, mais pas la France, qui se veut être promotrice des Lumières et de la civilisation ? Je parle sans ambages et vous signale que l'extrémisme n'a pa de religion et l'approche sectaire des salafistes n'est pas synonyme de la pureté de l'islam. Je ne sais si vous êtes au courant mais dans la moitié de pays islamiques le mariage multiple est interdit. En Turquie, les femmes peuvent se promener en short ou bikini sur la plage. Le tchador et le burqah sont des inventions locales liées au climat désertique et poussiéreux mais point prescrit automatiquement par l'islam.

Donc il faut en déduire que toute la misère du monde débarquée en France impose son manque de culture et ses règles à l'Europe. Si vous nele croyez pas, allez dans le Caucase russe ou au Tatarstan, à Kazan pour retrouver des jeunes musulmanes point voilées quoique ayant une tenue décente. Si les prêcheurs moyennageux persévèrent dans cette voie en queue de possion, tout le monde se mettra à haïr l'islam le croyant être unereligion arriérée, un peu comme les Orthdoxes qui prirent peur des inquisiteurs catholiques qui brpulèrent les femmes dites sorcières au nom de la pureté de la foi. Catherine II dite La Grande n'appelait pas les Espagnols autrement que « ces barbares ». Alors si les musulmans veulent vraiment réussir leur religion, ils n'ont pas à sévir au sein de leur famille sinon leur bataille est perdue d'avance. Je dirais aussi que si les burkinis sont acceptés à même titre que la nourriture hallal et l'explosion des églises, demain la France se transformera en mythe qui a vécu. Mais j'espère que ce demain ne viendra jamais !

Alexandre Artamonov, Pravda.ru