Le Monde vu par nos auteurs

Le tableau vide de Trump

L'époque d'Obama est bien révolue et le monde se tient au seuil d'une nouvelle réalité sans savoir trop à quel saint se vouer. Que doit-on penser de Trump ? Certains de nos lecteurs expriment un espoir prudent, d'autres crient à la victoire, en l'acclamant par monts et par veaux. Quoi qu'on dise à son compte, Trump reste le fils de son propre peuple qui fera de son mieux pour préserver les intérêts américains. C'est un truisme qui n'a pas besoin d'être explicité : tout président a pour obligation la défense de son propre sanctuaire qui lui incombe ce qui n'implique pas forcément d'agir aux intérêts de ses alliés. Inventé encore au temps de la Rome Antique, « allié » comme terme voulait dire « contraint à la coopération » (il s'agissait, à l'époque, des petits Etats que les Romains obligèrent à coopérer manu militari). Donc, être l'allié des Etats-Unis ne veut dire grand-chose.

Certes, comme nous l'avait très bien indiqué en économiste invétéré Charles Sannat, Donald Trump a renoncé aux accords sur le libre-échange des biens et des marchandises entre le Nouveau-Monde et l'Europe, le fameux et tristement célèbre TAFTA dont le texte n'a jamais été donné en examen aux parlementaires européens. Ce Traité aurait failli enfoncer le dernier clou dans le cercueil de l'agro-alimentaire français qui a déjà pâti des sanctions antirusses. Mais en faut-il conclure que le président américain se soucie des carottes et des oignons français ? A mon corps défendant, j'avancerais qu'il s'en soucie comme d'une guigne. Jacob Kedmi, ancien chef du service de renseignement israélien « Nativ », a bien raison de dire que Trump veut renflouer le marché de travail national US : et pour le remettre à flot, il faut bien créer de nouveaux emplois et consommer ses propres biens sans les faire produire à l'étranger. L'accord TAFTA contribuait à la fuite des capitaux - et Trump entend garder jalousement tout chez lui.

Et si le nouvel hôte de la Maison Blanche veut se débarasser de l'OTAN, c'est parce que l'OTAN lui coûte extrêmement cher. Mais, une fois de plus, cette politique va-t-elle servir le monde ?

Il est curieux d'observer le mutisme qui, de nos jours, frappe très souvent les observateurs politiques. Comme me l'a dit l'un des gros bonnets de la haute finance travaillant à Moscou :  « Donald Trump casse les stéréotypes et les gens ne savent plus comment orienter leurs articles et autres commentaires. Ils ont peur de se tromper d'accents toniques ! » Sic.

Cependant, il existe une hypothèse que je crois être censé et que je veux bien émettre : Trump ne représenterait pas la nouvelle aube du monde, comme on disait il y a un demi-siècle, mais plutôt le crépuscule d'une réalité évanescente. Donald Trump serait plutôt une tentative des grandes fortunes de l'Amérique et de la strate supra-nationale de redorer le blason à l'aigle américain. Et très souvent la route vers l'enfer est pavée des bonnes intentions, comme on dit. Et je ne me rappelle que trop bien l'époque de JFK où tout le monde jubilait à chaque harangue de Kennedy. Ces gens-là lui pardonnaient d'avoir mis les missiles ballistiques intercontinentaux en Turquie (« Zeus ») ce qui causa la riposte de l'URSS avec l'ouverture de la base militaire à Cuba. Le même Kennedy a décidé de bâtir le mur de Berlin. Si vous voulez un autre cas de figure d'un héros anglo-saxon historique, ce sera forcément Winston Churchill qui se réjouissait de la fin de la Seconde Guerre Mondiale pour, le lendemain, prononcer un discours qui marqua le début de la Guerer Froide et la constitution de l'OTAN. C'est plus ou moins dans le caractère anglo-saxon que de palabrer devant les caméras pour faire et dire du mal au nom des grandes idées.

Trump est sorti du même creuset. Lui demander de renoncer à la chair fraîche du monde équivaudrait à mettre un léopard au régime herbivore.