Source Pravda.ru

Donald Trump a accusé la Russie « d’avoir fait capoter la transaction syrienne ».

Cet accord a été conclu avec les Etats-Unis. Il portait sur la coopération pour la pacification syrienne.

 

« La Russie a violé la transaction. Maintenant, eux, les Russes, sont en train de tirer, de bombarder, etc. », a-t-il déclaré lors d'un meeting en Arizona. Et il a laissé entendre que « l'on doit y mettre une fin, et le plus vite possible ».

 

Selon l'agence TASS, c'est bien le Département d'État des Etats-Unis d'Amérique qui, lundi dernier, a rendu public l'abrogation de l'accord sur les relations avec la Fédération de Russie - fait officiellement déploré d'ailleurs par Moscou.

 

Il est à rappeler qu'avant cela, Trump a déjà déclaré à plusieurs reprises qu'il n'avait rien contre les actions menées à l'encontre des terroristes par la Russie, en Syrie. Cette position du candidat était largement exploitée à son grand dam par ses opposants dans la course à la Maison-Blanche.

 

« Mike » (Michael Richard) Pence, compagnon d'armes de Trump dans la présidentielle, a jeté également son opprobre sur la Russie, selon Los Angeles Times. Il s'est prononcé contre les dernières opérations militaires russes en Syrie.

 

« Les provocations russes sont à soigner par la force américaine », a dit ce Républicain, candidat au poste de vice-président des Etats-Unis. En particulier, il a fait valoir la nécessité de mettre les éléments du système de défense aérienne anti-missiles en Tchéquie et en Pologne ce qui a toujours été contré par Moscou.

 

« Nous avons besoin de faire preuve de notre puissance dans l'arène mondiale. Une fois Donald Trump président, les Russes auront vite fait de comprendre qu'ils ont affaire à un vrai leader de l'Amérique », a promis Pence.

 

Pravda.ru a déjà bien écrit que le 3 octobre dernier, le représentant du Département d'État John Kirby a déclaré que les Etats-Unis cessaient la coopération bilatérale avec la Russie sur le cessez-le-feu en Syrie et ne laissaient que des canaux militaires pour prévenir les conflits dans l'espace aérien de la République arabe syrienne.

 

On a l'impression que, procédant de la sorte, l'Amérique « se lave les mains » et fait montre d'un cuisant échec dans le « conflit syrien ». Les médias ont vite fait de rappeler aux Américains les déclarations de leur propre Département d'État sur la légitimité de l'opération menée par la Russie en Syrie et les aveux made in US sur les bavures commises par Washington après l'instauration du cessez-le-feu.