Source Pravda.ru

Les nouveaux intercepteurs russes sont arrivés !

16 nouveaux chasseurs-bombardiers de type Sukhoi-34 doivent être remis à l'armée de l'air au cours de 2017. Mais le total se chiffre à 92 avions commandés. Cette information a été éventée par l'adjoint au ministre de la Défense de Russie Youri Borrisov. Il est à rappeler que le SU-34 surnommé « Caneton » a été reconnu le meilleur chasseur-bombardier de toutes les Russies. Les experts occidentaux, amoureux des tableaux de comparaison, ont l'habitude de le prendre pour le pendant exact de l'intercepteur US F-15E Strike Eagle qui serait à la même hauteur par ses caractéristiques.

 

L'ancien pilote de la navette spatiale russe « Bouran », pilote d'essai et président d'honneur de la SA « Aviasalon », l'un des fondateurs du Salon aéronautique MAKS Magomed Tolboyev nous a livré son commentaire en toute exclusivité :

 

MT. Il s'agit d'un appareil dit chasseur-bombardier de première ligne qui est appelé à remplacer les Su-24 et Tu-16. C'est un avion universel, avec une grande capacité d'emport et à un long rayon d'action. Les munitions peuvent représenter jusqu'à 8 tonnes de son poids au décollage. S'il n'emporte que 6 tonnes, il est capable de réaliser toutes les figures de la haute voltige aérienne, propre à un intercepteur. Son optronique est des plus modernes. Le complexe est couplé avec le guidage par satellite.

 

Il va de soi qu'il s'agit d'une machine beaucoup plus onéreuse que le Su-24, mais son efficacité est à toute épreuve. Un seul SU-34 équivaut à 4 Su-24, autrement dit une escadrille. Son cockpit est tellement spacieux que l'on peut même s'y reposer : une couchette est prévue. Il peut également être ravitaillé à haute altitude. Le pilote peut résister à la fatigue : il y a un WC à bord et de la place pour se tenir debout et se décontracter.

 

- Les experts estiment que cet appareil peut être développé en sous-types...

 

MT. Bien sûr ! Son potentiel est aussi prometteur que ça a été le cas avec le Su-27. Vous vous souvenez peut-être que le SU-27 est apparu sur le marché dans les années 70. Et ça fait 40 ans qu'ils font partie de notre panoplie. Et je suis sûr qu'ils resteront en service actif encore 50 ans !Il s'agit d'un complexe unique en son genre, le produit de la pensée géniale des ingénieurs soviétiques que nous autres, arrière-petit-fils, continuons à exploiter. Alors pour le Su-34, son développement a été prévu dès le lancement du modèle.

 

- Est-ce qu'on sait déjà où les nouveaux intercepteurs seraient localisés ?

 

MT. Aucune idée, je ne suis pas dans le secret-défense. Nous, on n'est que des pilotes d'essai. Point, à la ligne. Nous soumettons la technique à des tests et puis nous la passons à l'armée pour honorer la commande. Ensuite, c'est au client de tester les coucous - à Lipetsk et Aktubinsk. Libre à eux de le faire comme ils l'entendent.

 

-Qu'en est-il des résultats des tests ?

 

MT. Ils sont superbes ! Le client est content c'est pourquoi il nous a passé de nouvelles commandes. Si l'avion avait été un échec, il ne l'aurait sûrement pas fait. Alors l'OTAN aura de quoi passer des nuits blanches. Ils n'auront qu'à se couvrir les fesses avec leurs F-22 « Raptor » et F-35. Nous les avions devancés sensiblement. Ils ne sont bons qu'à palabrer tandis que les Russes bossent.