Source Pravda.ru

"Les américains doivent avoir peur de l'artillerie russe'

Le magazine américain The National Interest prévient dans un article intitulé « Pourquoi les États-Unis doivent craindre l'artillerie russe folle » que les ennemis éventuels de la Russie et ses alliés feraient face aux systèmes lance-roquettes multiple extrêmement efficaces. Le magazine souligne qu'il faut en avoir peur.

Presque toutes les actions de l'armée de terre russe sont accompagnées d'utilisation de ces armements. Les systèmes de lance-roquettes multiple légers sont capables de couvrir des vastes territoires. Les engins qu'ils lancent atteignent les cibles « avec un hurlement terrifiant ». « Il est à noter que ces systèmes sont en service depuis l'époque de Joseph Staline ».

Le magazine expose l'histoire des systèmes russes de lance-roquettes multiple.

En 1931, les ingénieurs soviétiques ont créé un missile du type air-air baptisé RS-132 qui n'était pas très précis. En 1938, le système BM-13 a été conçu. Les missiles M-13 de calibre 132 mm utilisés ce complexe étaient en mesure d'atteindre les cibles à distance de 8,73 km. Parmi les avantages de ce système était une capacité d'effectuer des attaques massives.

Le célèbre complexe Grad est devenu un système de base de l'armée soviétique à l'époque de la guerre froide. Il comprenait 40 tubes de calibre 122 mm, installés sur le camion Oural-375D. Les complexes Grad étaient en service non seulement en URSS mais dans les pays alliés de l'Union soviétique. C'est un des systèmes russes les plus efficaces.

Dans les années 1960, l'URSS a commencé à concevoir des lance-roquettes multiples plus puissants. Il s'agit d'Ouragan installé sur le camion Zil-135 qui dispose de 16 tubes pour des missiles de calibre 220 mm capables de frapper les cibles à 33 km de distance.

Encore un système « insolite et meurtrier » est TOS-1, lance-roquette multiple de 24 tubes de 220 mm. Il est basé sur un châssis de char T-72, et a été utilisé pour la première fois en Afghanistan en 1988-1989. Il a été présenté au public pour la première fois à Omsk en 1999.

« Tous ceux qui seront en conflit avec Moscou ou ses alliés feraient face à tous ces complexes », prévient le magazine.

Auparavant, Pravda.Ru a rendu public que le porte-avions américain dernier cri Gerald Ford avait récemment été mis à la mer. Il s'agit du premier test d'un porte-avions de nouvelle génération depuis 42 ans. Le navire a été produit par le chantier naval Newport News Shipbuilding (Virginie).

La construction de ce navire a commencé en 2009. Il devait être mis à la mer en 2015, mais cette date a été reporté. Le porte-avions a coûté 12,9 milliards de dollars.