Source Pravda.ru

Cette Ukraine qui vend et tue

Les périodiques ukrainiens « Glavkom » et « Ukraïna.ru » viennent de republier les résultats d'une recherche menée par le très sérieux SIPRI, Institut de recherche sur les problèmes mondiaux basé à Stockholm. Selon les résultats de cette enquête, en 2016, l'Ukraine aurait exporté en Russie des armements pour un montant de l'ordre de 169 millions de dollars. Selon le SIPRI, la Russie ferait principalement du commerce avec le « Motor Sitch » appartenant à l'industriel ukrainien Viatcheslav Bogousslayev, sénateur ukrainien, membre du parti « Volonté du peuple ». Il est également de notoriété publique que les propulseurs AI-222 fabriqués en Ukraine sont destinés aux avions-intercepteurs russes Yak-130. Ainsi, le « Motor-Sitch » livre ses moteurs à l'usine russe « Sokol » (Faucon, en russe). Le contrat a été conclu pour 218 unités.

 

Pravda.ru a interviewé à ce propos Vladimir Obolenski, ex-responsable du Centre de recherche sur le commerce extérieur, docteur ès sciences économiques, chercheur à l'Institut de l'Economie de l'Académie des Sciences de Russie :

 

V.O. Qu'est-ce que ça veut dire que ces 169 millions de dollars ? Comment se fait-il que les gens de Stockholm nous fassent passer pour le plus gros acheteur de leur production ? Si nous autres, nous exportons les armements et la technique militaire, ça se chiffre à 14-14,5 milliards de dollars, alors ces minables 169 millions, ça rime à quoi au juste ? C'est que des cacahuètes, voyons ! Et puis si la Russie achète, c'est parce que les autres n'en veulent pas du tout. Personne ne va se faire livrer chez les Ukrainiens ! Quant à nous, on sait très bien que nous avions des liens très sérieux à partir de l'époque révolue. Ca s'inscrivait dans le cadre du complexe militaro-industriel. A l'époque, notre production était intrinsèquement liée et subissaittou sles effets de l'interdépendance. Tout ça s'est arrêté après la crise ukrainienne. Mais avant nous avions des chiffres qui ne sauraient être comparés avec la période actuelle : à l'époque, notre coopération se chiffrait à 2 milliards de dollars. Alors si l'on prend en considération rien que ce chiffre-là, 169 millions de dollars représentent toujours peu de chose. Nos frères ukrainiens peuvent être fiers de ce petit marché qu'ils avaient conservé. Ca au moins, ils ne l'ont pas perdu !

 

- L'Ukraine se décarcasse pour se faire entendre en faisant valoir que la Russie aurait occupé Donbass. Et, en même temps, elle organiserait la vente de ses propulseurs pour les hélicoptères de combat russes ?

 

V.O. C'est ça ! Le « Motor-Sitch » nous a bien livré ses gadgets : aussi bien pour le secteur civil que militaire, avions et hélicos confondus. Apparemment, ils auraient conservé quelques bribes de ses relations d'antan qu'ils veulent mettre à profit.

 

A propos, les journalistes ukrainiens du périodique « Glavkom » se sont adressés au Service de Sécurité de leur pays. La réponse a de quoi étonner : leur Sécurité n'y voit absolument pas d'inconvénient que leur société ukrainienne coopère avec le « pays-agresseur ».

Qui plus est, aujourd'hui, leur président Petro Poroshenko s'est prononcé en faveur du renforcement du régime des sanctions à l'égard de la Fédération de Russie. Selon leur chef d'État, c'est un sujet d'actualité vu la reconnaissance des papiers Donbassiens autorisée par Vladmir Poutine au niveau national.