Source Pravda.ru

Un ministre allemand invite les migrants musulmans à quitter son pays

Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schaeuble recommande aux migrants de quitter le pays. Selon lui, les musulmans immigrés en Europe qui ne veulent pas s'adapter au mode de vie européen doivent comprendre qu'il y a des États plus confortables pour eux.

« Il y a des meilleures places dans le monde pour vivre conformément au droit islamique », a-t-il souligné.

Le ministre estime qu'il faut dire aux migrants ne voulant pas s'intégrer qu'ils « ont fait le mauvais choix ».

Notons qu'en 2015, 1,8 million de migrants sont arrivés en Europe. Auparavant, Pravda.Ru a annoncé qu'une vague de migrants a provoqué l'augmentation du nombre de naissances. En 2015, le nombre de naissances a augmenté de 1,5 fois et a atteint un indice record pour les femmes de 33 ans. « Les étrangers ont donné à l'Allemagne ce dont elle avait besoin : plus d'enfants », lit-on dans un article publié par Bloomberg.

« On voit une migration spontanée en Allemagne dont les conséquences sont ambiguës. Les désavantages d'une telle migration sont plus évidents que ses avantages. Par exemple, elle augmente la tension interculturelle dans la société allemande. Qui plus est, ce sont des hommes et des femmes syriens et afghans qui contribuent à l'augmentation du nombre des naissances en Allemagne », a déclaré Andreï Korotaev, directeur de recherche du laboratoire de démographie politique de l'École des hautes études en sciences économiques, dans une interview accordée à Pravda.Ru.

« La situation s'aggravera. Le nombre de migrants augmente alors que les programmes d'intégration deviennent de plus en plus stricts envers la population autochtone. On voit que si le nombre de migrants atteint 20% par rapport à la population locale, cela provoque des conflits interethniques. Ce sont des données scientifiques. Cette situation se produit partout en Europe. Mais l'Allemagne est le pays le plus exposé à cause du populisme de la chancelière Angela Merkel. Les migrants aspirent à suivre leurs propres traditions nationales. Et le pluralisme européen le leur permet. Ils veulent apporter leur idéologie en Europe sans aucune intégration », a déclaré Bogdan Zadneprovski, journaliste.