Source Pravda.ru

Les partis européens s’apprêtent à reconnaître la Crimée

Comme l'a explicité au périodique russe « Izvestia » l'attaché de presse de la Coalition José Enrique Folke « si la Catalogne reçoit son indépendance, elle reconnaîtra immédiatement la Crimée comme partie de la Russie. Et pourquoi ne le ferions nous pas ? Il y a eu un référendum dans la Péninsule, non ? Le peuple s'est prononcé pour rallier la Russie. On ne peut que respecter les principes de ce plébiscite. Et bien qu'une Catalogne indépendante veuille gagner la zone de l'UE, cela ne changera en rien sa décision ».

Il est également à noter que ce parti campe sur les mêmes positions concernant l'embargo. « Les restrictions économiques n'ont jamais encore aidé à résoudre les problèmes. Comme l'expérience mondiale le démontre, cela ne fait qu'envenimer les choses et souffrir la population civile. Une crise est à résoudre par voie des négociations et point par la pression exercée avec des sanctions », a souligné Folke.

Le représentant officiel de l'Ukraine dans le sous-groupe humanitaire du groupe de contact Victor Medvedtchuk a déclaré que la Crimée faisait partie de la Russie et n'intégrerait jamais plus l'Ukraine. Cette déclaration a été faite lors d'une interview à Radio Liberty (appartenant au Congrès des Etats-Unis, sic !). Selon lui, les autorités de Kiev ont expulsé eux-mêmes les Criméens de leur giron. Et Medvedtchuk de souligner que « si le gouvernementd e l'Ukraine voulait regagner la Péninsule, il n'aurait pas coupé l'électricité et l'eau, ni imposé un blocus économique ; il n'aurait enfreint les flux comemrciaux non plus ».

Le 24 août dernier, l'ex-président d'Ukraine Léonid Kravtchuk a, lui aussi, reconnu l'appartenance de la Crimée à la Russie. Il est également à rappeler que l'hiver dernier, le même Kravtchuk a présagé une colossale crise de type « économico-politique » qui dégénérerait en « dernière révolution » à la suite de laquelle l'Ukraine cesserait d'exister. Le président Kravtchuk a achevé l'URSS et jeté les bases de la CEI, ensemble avec Boris Eltsine.

Il est également à noter que le candidat du parti républicain à la présidentielle US Donald Trump a déclaré que la tentative de faire reprendre la Crimée à la Russie manu militari pourrait provoquer la Troisième Guerre Mondiale.