Source Russia Today

Le Bréviaire de Vladimir Poutine ou sa conférence en quelques grandes lignes

Sputnik France et d'autres grands médias russes et internationaux nous font part de la 12ème grande conférence de presse annuelle du président russe se tient le 23 décembre 2016 à Moscou. Vladimir Poutine répond aux questions de plus de 1 430 journalistes russes et étrangers, un nombre record. La tradition de tenir une grande conférence de presse annuelle du chef d'État russe se poursuit depuis 2001.

 

« Nous avons parachevé un grand travail dans le domaine de la modernisation des arsenaux nucléaires. (...) Nous agissons en stricte conformité avec les accords internationaux lors du développement du potentiel nucléaire », a expliqué le président. Le retrait des Etats-Unis du traité START a jeté les bases d'une nouvelle course aux armements, estime Vladimir Poutine. Selon Poutine, les systèmes visant à percer les boucliers antimissiles sont plus efficaces que les systèmes antimissiles eux-mêmes. Sans notre participation, il aurait été tout simplement impossible de libérer Alep, a déclaré Poutine, avant de souligner le rôle de la coopération avec la Turquie et l'Iran. « Des milliers (de personnes, ndlr) ont été évacuées, c'est une action humanitaire de très grande envergure », a-t-il souligné. « Cela n'aurait pas pu avoir lieu sans le travail actif des dirigeants turcs, iraniens et russes. Et bien entendu, des autorités syriennes ». Le chef de l'Etat russe a souligné le rôle crucial de l'Arabie saoudite, de la Jordanie, des Etats-Unis et de l'Egypte en Syrie. «La Russie n'a pas été l'initiateur de la détérioration des relations, notre pays n'a introduit aucune sanction, il n'a fait que répondre aux restrictions mises en place contre l'économie russe». Selon M. Poutine, la Russie ne lèvera les mesures restrictives qu'après que l'Occident ait annulé ses sanctions: "Nos achats de produits importés ont reculé de 10%, particulièrement dans tout un éventail de secteurs", a souligné Vladimir Poutine.

Le Président de Russie a en outre rappelé que le coup d'Etat en Ukraine avait porté un coup aux relations avec les pays de l'Ouest. "Nous voulons avoir un partenaire fort et indépendant". S'il est nécessaire de parler à des pays tiers pour résoudre les questions, alors il n'y a pas d'intérêt à parler avec l'Europe, a souligné le président. Vladimir Poutine estime que les Européens doivent décider d'eux-mêmes du niveau de centralisation de l'UE, mais la Russie espère que l'Europe parlera d'une seule voix. Le niveau des relations entre la Russie et la Chine est très élevé, au-dessus du niveau de partenariat stratégique, a déclaré le président russe. « Nous avons des positions communes sur la scène internationale concernant de nombreuses questions », a indiqué M. Poutine, ajoutant que ce partenariat avait un rôle stabilisateur crucial. Les échanges sont en hausse entre les deux pays, tandis que l'espace et l'énergie présentent de bonnes perspectives.

 

Le président russe a appelé à unir les efforts contre le terrorisme. Cependant, selon lui, on ne peut qualifier d'efficace une lutte dans le cadre de laquelle l'Occident introduit des sanctions contre la Russie et refuse de coopérer. Le président a dit regretter que l'Europe «laisse passer des coups».

 

Le président russe a indiqué que le budget russe se baserait sur une estimation conservatrice de 40 dollars le baril. Selon lui, l'économie russe s'est adaptée, mais il est encore impossible de dire comment les prix du pétrole influeront sur l'économie russe. "Au second semestre 2017, les excédents sur le marché du pétrole disparaîtront", a-t-il souligné. La Russie continuera à coopérer avec l'OPEP à l'avenir, et respectera ses engagements, a indiqué M. Poutine.

 

"Il faut savoir perdre avec dignité", a indiqué le président au sujet de l'échec du Parti démocrate à l'élection présidentielle américaine. M. Poutine a dans la foulée appelé à développer des relations constructives et d'affaires avec les USA pour le bien des autres pays. Au sujet des soi-disant attaques informatiques russes du système du traitemment des données électorales aux Etats-Unis :"J'ai déjà dit que le perdant cherche des coupables à droite à gauche. Ils feraient mieux de rechercher le problème en eux-mêmes", a indiqué le président concernant les accusations visant la Russie. Poutine a souligné que les attaques informatiques avaient permis de dévoiler des informations véridiques concernant les manipulations de l'opinion publique réalisées aux Etats-Unis. "Le fait qu'une partie significative des électeurs américains soutienne le président russe, c'est une chose que je mets à mon crédit", a souligné Poutine. L'administration américaine actuelle tente de mettre ses échecs sur le compte de facteurs extérieurs, a souligné le président russe. Le Président russe estime que « Trump a senti l'état d'esprit de la société et est allé jusqu'au bout dans la campagne électorale, alors que personne ne croyait qu'il vaincrait, à part nous. La conception du monde d'une grande partie du peuple américain correspond aux valeurs traditionnelles de la Russie."