Source Pravda.ru

"Une frappe nucléaire US contre la Russie n'est pas une utopie"

L'état-major russe a mis en garde contre une frappe nucléaire surprise que les États-Unis pourraient effectuer contre la Russie.

« La présence des bases militaires américaines en Europe et des navires équipés de systèmes antimissiles près du territoire russe constitue un potentiel de frappe puissant permettant de tirer des missiles nucléaires contre la Fédération de Russie », a déclaré Viktor Poznikhir, chef adjoint d'état-major opérationnel des Forces armées russes.

Il a également souligné que l'augmentation du potentiel du bouclier antimissile américain encourage la course aux armements et oblige les autres pays à prendre des mesures de rétorsion. Le déploiement du bouclier antimissile US déstabilise l'équilibre des armes nucléaires stratégiques.

D'après le ministère russe de la Défense, les États-Unis ont dépensé 130 milliards de dollars pour la défense antimissile en quinze ans. Selon les experts, le nombre des engins antimissiles US dépassera d'ici 2022 celui des ogives installées sur les missiles balistiques intercontinentaux russes.

Étant donné que l'Iran et la Corée du Nord n'ont qu'une dizaine de missiles balistiques à moyenne portée, l'arsenal du Pentagone a une taille démesurée par rapport aux menaces iranienne et nord-coréenne, a-t-il ajouté.

Le colonel Viktor Mourakhovski, président de la Commission militaro-industrielle russe, estime que cette menace est réelle.

« Vu les caractéristiques techniques et les capacités des systèmes américains de défense antimissile, on peut dire que la menace est réelle. Mais la Russie entend ne pas être en reste. Elle se voit contrainte de développer les capacités de ses forces stratégiques nucléaires dans le cadre du New START (traité de réduction des armes nucléaires entre les États-Unis et la Russie). Ce traité permet d'améliorer les armements mais limite leur nombre. Les ingénieurs russes sont en train de concevoir des missiles capables d'esquiver le bouclier antimissile américain », a déclaré l'expert.

Selon lui, le fait que les États-Unis déploient son bouclier antimissile n'est pas si dangereux que leur confiance en soi se fondant sur le fait qu'ils sont en mesure d'échapper à une frappe nucléaire russe grâce à leur bouclier.

« En ce qui concerne l'idée de construire un bouclier commun russo-américain, elle n'existe plus, au moins pour le moment. Il est clair qu'un tel système s'avérerait très efficace contre la menace nucléaire de la part de l'Iran et de la Corée du Nord, car la Russie est beaucoup plus proche de ces pays que les USA. Mais les États-Unis y ont renoncé. Cela veut dire que le but de Washington n'est pas de dissuader Téhéran et Pyongyang. Seuls deux États disposent d'armements capables de détruire les États-Unis. Il s'agit de la Russie et de la Chine », a conclu l'expert.