Source Pravda.ru

DAESH a tenté de mettre Moscou à feu et à sang

Le service de renseignement russe - FSB - a fait part d'une série d'attentats prévenus par les forces spéciales à Moscou. Le fauteur de troubles serait l'État Islamique, organisation terroriste interdite en Russie.

 

Selon l'agence russe RIA-Novosti, les coups auraient été commandités par un émissaire turc. Le commando comprenait des citoyens de Tadjikistan et un citoyen de Moldavie. Le service du Procureur a dévoilé que les interpellés ourdissaient une série d'attentats à grande échelle. Ils ont même lancé une production artisanale des explosifs et des bombes de très grande puissance et impact.

 

4 personnes ont été placés aux arrêts. Lors des perquisitions à leur domicile, la police a mis la main sur des bombes self made, les armes automatiques et « une grande quantité d'explosifs en vue de fabriquer un dispositif de très grande puissance ». Le nom de l'émissaire turc est déjà connu par les enquêteurs et les autorités de Tadjikistan ont lancé un avis de recherche contre lui.

 

Une source de Pravda.ru, proche du Comité National Antiterroriste, lui avait communiqué que les détenus étaient censés répéter à Moscou le scénario parisien. Les services de renseignement ont retrouvé des photos et des plans schématiques des centres commerciaux aussi bien qu'un plan du métropolitain moscovite. En outre, les terroristes voulaient attaquer la foule à larme automatique dans les grandes places de la capitale -à côté du Parc de la Culture, la région du VDNKH, la place du Manège à côté du Kremlin.

 

Récemment, il a été communiqué que les sapeurs-pompiers ont réussi à désamorcer une bombe dans un ILM au Sud-Est de Moscou, au neuvième étage. 145 personnes dont 19 enfants se sont faites évacuer. L'information est citée par RIA-Novosti, leur propre source dans les services à l'appui. L'opération des forces spéciales s'est déroulée dans l'immeuble 11, rue Namiotkina.

 

Il est également à rappeler que le 12 novembre dernier le Service de Renseignement russe a interpellé les membres d'une bande terroriste interrégionale qui préparait des actes terroristes dans les lieux publics à Moscou et à Saint-Pétersbourg. Tous les 10 membres du groupe sont d'origine de l'Asie Centrale. Les malfaiteurs étaient armés à l'arme automatique et avaient à leur disposition des bombes, des munitions et des moyens de liaison. Les interpellés ont déjà avoué avoir été en relation avec DAESH. Grâce à leurs dépositions, les enquêteurs ont pu remonter les filières et retrouver les noms des commanditaires et leurs complices en CEI et à l'étranger.

 

Il est à noter que le sujet des coups terroristes est souvent évoqué sur les pages de la presse russe. La police a renforcé le dispositif de sécurité et a lancé des opérations tactiques, infiltration par agents, quadrillage du territoire, etc. Le plan « Vigilance » a été également mis en place pour sensibiliser les citoyens russes par rapport au danger même dans le palier de leurs immeubles, l'escalier ou dans les rues, etc.