Source Pravda.ru

Erdogan accuse les banques usurières turcques de haute trahison

Les employés des banques seront poursuivis en justice selon le Code Pénal pour toute « réaction négative de la population liée aux crédits et aux taux d'emprunt ». Le Président de Turquie s'est prononcé dans le cadre de sa rencontre avec l'Association des exportateurs turcs qui a eu lieu à Ankara.

« Je considérerai comme crime d'Etat tout délit d'entrave gênant les opérations des investisseurs », a fait valoir M. Erdogan.

Le chef de l'Etat s'est adressé aux banquiers en exigeant de revoir les taux hypothécaires à la baisse en se contentant de 9% à titre annuel le niveau actuel étant de l'ordre de 13,7%, selon les données de l'agence Bloomberg.

Il est à noter qu'à l'heure actuelle plusieurs banques ont déjà baissé leurs taux, à savoir : TC Ziraat Bankasi, Sekerbank, Turl Ekonomi Bankasi (succursale de BNP Paribas), Denizbank (filiale de Sberbank de Russie). Les banques mentionnées se sont déjà rapprochées du niveau fixé par Erdogan.

 

Commentaires
La Russie est un pays moyenâgeux ! Pas la France, malheureusement !
Nice veut s'émanciper de la France
Nice veut s'émanciper de la France
Nice veut s'émanciper de la France
Nice veut s'émanciper de la France
Nice veut s'émanciper de la France
Nice veut s'émanciper de la France
La Lituanie distribue des manuels anti-russes
Nice veut divorcer de la France
Pour lutter contre l'immigration il faudra peut-être tirer
La Hongrie renforce son influence en Transcarpatie ukrainienne
La Hongrie renforce son influence en Transcarpatie ukrainienne
La Hongrie renforce son influence en Transcarpatie ukrainienne
La Hongrie renforce son influence en Transcarpatie ukrainienne
La Hongrie renforce son influence en Transcarpatie ukrainienne
La Lituanie distribue des manuels anti-russes
La Lituanie distribue des manuels anti-russes
La Lituanie distribue des manuels anti-russes
La Russie est dans le top-3 du classement des puissances militaires
La Lituanie distribue des manuels anti-russes
Pour lutter contre l'immigration il faudra peut-être tirer