Source Pravda.ru

Médias: la Russie a déjà gagné la cyberguerre

Quoi qu'il arrive dans le cyberespace mondial, on en accuse toujours la Russie. Selon un journaliste de BuzzFeed, la Russie marque effectivement du progrès dans sa cyberactivité.

Le 17 décembre, à 00h00, presque toute la ville de Kiev est restée sans électricité. Un poste électrique qui alimentait en électricité les grands quartiers de Kiev est tombé en panne. Tout le monde a alors supposé que cet incident remonte à « la main du Kremlin ». Les experts affirment que la Russie serait réellement capable de couper l'électricité dans des villes entières.

« Les Russes recourent à des cyberarmes très souvent. Elles constituent un élément fondamental très important de leur stratégie de guerre hybride. Ils ne cessent de repousser leurs limites et de renforcer les capacités de ces armes », a déclaré Malcolm Nance, ex-agent du renseignement américain, chargé de la lutte antiterroriste.

Ces dernières années, la Russie est considérée par l'Occident comme l'auteur des plus grosses cyberattaques. Mais les Occidentaux, notamment les Américains qui insistent sur « l'ingérence russe » à la présidentielle de 2016, ne fournissent aucune preuve et se basent sur le seul fait que Moscou en est capable.

La France et l'Allemagne qui se préparent aux élections ont peur de cette fameuse « ingérence russe ». Le chef du renseignement allemand Bruno Kahl n'a pas exclu que Moscou tente de s'ingérer aux élections dans ce pays. Il a également souligné que non seulement l'Allemagne redoutait des attaques de la part de la Russie, mais d'autres pays européens qui se préparaient aux élections. Il est à noter que les Européens ne sont pas arrivés à préciser la cause de leur préoccupation.

Cependant, les spécialistes en cybersécurité affirment que tout le monde a peur des cyberattaques russes. Selon BuzzFeed, la Russie « a montré qu'elle était capable de garder le monde entier en alerte en disposant d'un budget beaucoup plus modeste que celui des États-Unis ».

« Ils nous font peur. Ces derniers temps, tout le monde dit que les cyberattaques sont le travail de la Russie. Pour Moscou, c'est une sorte de victoire » a déclaré Stefan Meister, collaborateur du Conseil allemand des relations internationales.

Selon les experts, il devient de plus en plus difficile d'attraper les hackers. Ils réussissent à brouiller les pistes, ce qui a été confirmé par le site WikiLeaks. Qui plus est, d'après les dernières révélations, les services de sécurité américains disposent d'une base de hackers russes, grâce à laquelle ils pouraient les imiter lors des cyberattaques. La CIA peut désormais contrarier les plans des enquêteurs en laissant de fausses traces.

Les Occidentaux parlent de « la menace russes » depuis longtemps, mais selon les experts, ce n'est pas la Russie qui est dangereuse. Auparavant, les États-Unis occupent la première place dans le classement de ceux qui s'ingèrent aux affaires intérieures d'autres pays. Ces informations ont été confirmées par Dov Levin, directeur de recherches de l'Institut de la politique et de la stratégie de l'Université Carnegie Mellon à Pittsburgh (Pennsylvanie). Il a compté 81 ingérences américaines aux élections entre 1946 et 2000.

Auparavant, Pravda.Ru a annoncé que le site WikiLeaks avait publié des informations selon lesquelles les agents de la CIA ont surveillé la présidentielle française de 2012.